Mayra Andrade à l’Alhambra

Véritable succès lors de cette 11e edition (public en augmentation de 82 % entre 2013 et 2014), le Festival Au Fil des Voix s’achevait la semaine dernière, avec pour invitée de marque lors de la soirée de clôture, la rayonnante Mayra Andrade.

Entourée de ses musiciens Sophie Fustec (clavier), Nenad Gajin (guitare), Franck « Jo » Orosemane (basse) et Nicolas « Dakou » Dacunha-Castelle (batterie), la cap-verdienne nous a livré une multitude de chansons aux couleurs variées et exotiques, tantôt en portugais, tantôt en anglais, français ou créole cap-verdien.

Il faut dire que pour son quatrième album résolument plus « pop » Lovely Difficult, Mayra a fait appel à des artistes d’horizons divers : Benjamin Biolay, Yael Naim et David Donatien, Piers Faccini, Tété,  Hugh Coltman, Krystle Warren, Pascal Danae, Mario Lucio Sousa et Yann Walcker.

Le titre “Simplement” (écrit par Benjamin Biolay), est un véritable moment de poésie. Celle qui semble être d’une grande générosité et d’un caractère déterminé, a une façon bien à elle de nous conter les (ses) histoires, à s’en demander où est la limite entre fiction et réalité.

Aucun doute sur le fait que la belle Mayra sait s’entourer, qu’il s’agisse de collaboration pour l’écriture de ses chansons donc ou bien d’invitation à venir partager un moment sur scène.

Sur scène justement, elle interprète également les “Mots d’Amour” en duo avec Ben l’Oncle Soul (titre composé par Tété, qui lui avait précédemment écrit – pour son premier album Navega – la sublime chanson “Comme s’il en pleuvait”, qu’elle ne manquera pas de chanter plus tard dans la soirée) …

Celle qui témoigne de notre relation avec le temps, le temps qui passe, le temps qui file, le temps qui nous vole des êtres chers, le temps qui referme plus ou moins rapidement certaines de nos blessures… sera ensuite accompagnée d’Asa sur l’entêtant “Tempu ki Bai”.

La chanteuse rendra également un véritable hommage à tous les cap-verdiens, s’amusant à les chercher, dispersés dans la salle puis leur dédicaçant une chanson. Plus tard, et non sans une pointe d’humour, elle nous racontera l’étrange histoire de “Rosa”, – seule chanson de l’album qui ne parle pas d’amour… mais de solitude – avant de faire chanter l’ensemble des spectateurs avec elle.

Sa remarquable aisance sur scène, son interaction permanente avec le public, ajoutées à ses qualités vocales et son sourire charmeur n’auront pas laissés insensible le public de l’Alhambra, affichant complet pour cette soirée d’hiver aux notes ensoleillées et aux rythmes venus d’ailleurs.

Poursuivant sa tournée, Mayra Andrade sera notamment à Londres les 10 et 11 mars prochain, et le 30 mars au Festival Chorus de Nanterre. / Tour dates

Mayra Andrade

Remerciements à Simon Veyssière, Quentin Coupin et au Festival Au Fil des Voix.

One thought on “Mayra Andrade à l’Alhambra

  1. Pingback: Mayra Andrade, l’interview |

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s